stw

Startup Weekend 2016 : Johnny était.

Jaune y était : Épisode 1

Guadeloupe Start-up Weekend 2016

Après l’avoir manqué à deux reprises, cette année j’y participe !
Normalement vous êtes tous familiers au concept ? Non pas toi au fond ? D’accord je ré-explique rapidement.
Le Start-up weekend est un concept international, standardisé par Google, un Week-end, du Vendredi au Dimanche soit a peu près 54H non-stop pour transformer une idée innovante en projet d’entreprise.

Je vous retrace l’événement, après une inscription sur le site, le jour J arrive et tout le monde a RDV a 17H30 sur la jolie terrasse du CREPS Antilles-Guyane, aménagée pour l’occasion.

Ambiance un peu tendue, des inconnus arrivent au goutte a goutte et personne ne sait ce qui l’attend, on choisit une chaise ni trop près ni trop loin et on attend silencieusement le début.

Le facilitateur, personne super dynamique qui sera en charge de l’animation et du bon déroulé de tout l’événement, selon les normes Start-up Weekend, —c’est un peu notre huissier de justice si on compare à l’Euromillion le coté rigide et froid en moins — prend la parole et commence à présenter le déroulement et présenter l’organisation.

Le premier soir se déroule en plusieurs étapes, la première est la plus redoutée : LE PITCH.
En d’autres termes, présenter son idée au micro devant tout le monde et ce en 1 minute, UNE MINUTE.

J’étais venu pour voir comment ça se passe sans spécialement savoir si je présente une idée ou apporte mes compétences, j’attends encore un peu sur ma chaise, pendant que les candidats se lèvent en direction de la file d’attente pour pitcher, une vingtaine d’individus se tiennent maintenant debout prềts a débiter a toute vitesse le discours préparé.
La majorité des présents n’avaient pas lu la ligne des 1 minutes, leurs 3 pages de notes n’ont pas été très utiles !
Au final c’était assez drôle et je décide de tenter, y a rien a perdre après tout. Je passe en avant dernier et présente un de mes projets prévus pour 2017.
Le passage au micro n’est plus réellement une tare, c’est la demi seconde avant de commencer a parler qui est la plus dure.
En fait 1 minute c’est long, j’avais plus rien a dire a 12 secondes de la fin et on peut en dire des choses en 12sec…

Une fois que tout le monde est passé, les idées notées, on remet a chacun un petit écriteau avec un numéro et le nom du projet.
A quoi tout cela va servir ? Qui choisit les projets aptes à être travaillés durant le Weekend ?

Nous même ! Ah ouai et comment ?

D’une façon très habile, chaque membre à un nombre égal de tickets swPoint et le but est d’en récolter le maximum.

On est tous partis avec 3 tickets et on a eu un court moment, 10 minutes je crois, pour aller parler avec un maximum de participants et finir ou essayer de convaincre avec son idée pour récolter des tickets.
Sans rien demander j’en reçois deux d’une inconnue qui a apprécié ma présentation, emballé je pars en chasse.

Ma timidité est restée sur ma chaise, on y va avec humour et fougue !

Après avoir récupéré et donné des tickets (oui le karma tout ça) il m’en reste 6 quand le temps est écoulé, je ne sais pas si c’est beaucoup ou peu…
Des alliances se forment et mettent en commun idées et tickets. Personne n’ayant pitché dans le même domaine que mon idée, pas d’alliance possible.
Jouons le jeu on attend le tirage…

Après dépouillement, mon projet ne figure pas parmi les finalistes, c’est pas grave.

D’autres dans mon cas sont dégoûtés et s’arrêtent la, dommage pour eux, ils n’ont pas vraiment compris le concept.

Des jeux de speedMeeting sont mis en place pour nous permettre de nous faire une idée des compétences présentes.
On forme des groupes de 5 personnes et on a 5minutes pour se présenter a tour de role, candidats équipe des coachs mélangés, c’est parti !

Le but est de retenir le max d’infos, contrôle inopiné a la fin du meetup…
Une fois le tour réalisé, je me rend compte que c’est vraiment un bon moyen de faire des rencontres.
Tous les ages, différents milieux, domaines d’activité et surtout différentes compétences au même endroit, de quoi agrandir considérablement ma liste de prospects/clients/partenaires.

C’est un bon weekend qui s’annonce !

Est venu le temps de créer les groupes de travail,
on m’interpelle à différentes reprises pour intégrer un groupe étant, “sans projet fixe” je dis oui au premier sans même savoir quel projet était en jeu…
On verra ce que ça donne, 2 hommes 2 femmes, 4 jeunes et une mère de famille hyper dynamique (jeune aussi au cas ou elle lirait ceci ! ahah)

Voila, fin de la 1ère journée, petit pot et repas networking et à demain 8H tapantes !

Samedi c’est le début des hostilités.

Brainstorming et début du boulot c’est la grosse journée ou tout doit être fait, et a ma grande surprise on n’a pas 1 projet mais 3, rassemblés autour du thème commun du Tourisme.

Un déja lancé, annuaire destination Guadeloupe, vente de guides PDF et d’excursions. Classique.
Un autre en cours, l’idée est mure et avancée, vendre du séjour sur mesure et certifié, pour réduire a zéro le risque de déception du voyageur.
Le dernier encore au stade de l’idée, rassemblera expérience sociale, voyage accessibles et économie circulaire. En un mot : Authenticité. Le concept me plait, c’est à bosser.

Bon 3 idées différentes et si on jetait tout et mettait à plat une nouvelle idée ?

Se poser cette question pendant que tout le monde (les autres groupes) se concentre a séparer les taches et avancer c’est assez perturbant.

La différence ne m’a jamais déplu, c’est parfait.

Très vite, l’ego et les personnalités toutes persuadées que leur idée est la bonne apparaissent,
on s’écarte de la création pour faire un travail de DJ débutant et mixer sans aucune innovation ou cohérence un projet avec les 3 initiaux. (Pull-up Selecta !)
Je ne dis rien et réfléchis comme je sais le faire, à créer quelque chose d’authentique et de novateur au moins pour la destination Caraïbes, sur laquelle on s’est mis d’accord.
Au fur et a mesure les différents coachs viennent a notre table se présenter et prendre connaissance du projet, on a l’impression de se répéter et de perdre du temps mais on gagne de précieux avis et conseils, c’est crucial.

Une idée me vient, un coach a énoncé réalité augmentée, géolocalisation, j’ai vu PokémonGo dans mon esprit, ne jugez pas j’y ai jamais joué ! Ça y est je tenais le bon bout.
Je gratte encore et explique mon point de vue au groupe, écouté mais pas vraiment entendu ou compris, je gratte encore et explique plus en détail a une des membre qui a la révélation, peu embalée jusque la par la tournure du projet, je venais de lui redonner envie de bosser, stupéfait moi-meme. En cinq minutes on a un plan et une répartition des roles, plus que ce qu’on avait fait en une matinée.
Le reste de la journée sert a avancer, étude de marché, calculs, estimations, acteurs, business model tout y passe ! Il nous faut un dossier bien fourni a la fin de la journée,
21H arrive et on y est toujours, sans pause ou arrêt… NON STOP, les cerveaux commencent la phase essorage et on se retrouve a passer 5minutes à répéter la même phrase différemment, il est temps d’y aller on a vraiment bien bossé demain on termine et on commence à bosser la présentation.

Dimanche, le réveil est plus compliqué,

petit déjeuner tout en bossant, tout le monde est concentré dernière ligne droite, on prépare les Slides.
Je laisse s’exprimer mon coté graphique en attendant tout le monde avec un mockup de l’appli et du site qu’on veut développer.
Une charte graphique rapide en sort et on peut l’adapter au slide, on y colle de jolies photos de voyage tout en se concentrant sur le contenu, quand soudain,

totalement pris au dépourvu, les coachs organisent un pitch blanc !

Panique, bafouillage c’est la cata, on est pas prêts !
On a présenté comme on a pu sans même savoir qui dit quoi, plutôt frustrant car au final on n’a même pas parlé du concept du projet… bref on peut aller revoir notre copie svp ?
Face au remarques pourtant bien formulées du jury certains esprits s’échauffent et du non sens est répandu.

SABOTAGE, mot fort a retenir, ne pas saboter le travail ou le moral de son équipe.
Penser team avant de penser a sa personne surtout dans ce genre de situation ou on travaille dans des conditions serrées avec des inconnus.

Bref retour au calme on peaufine la présentation et commence à répéter avec l’aide des coachs, ils ne sont pas pros dans leur domaines pour rien.
Expression corporelle, discours tout y passe pour toucher le jury et le public et tout cela en 5 minutes chrono !

C’est le grand soir la salle est remplie et on sait qu’on passe en seconde position.

Ça ira, tout va bien se passer, léger stress quand on passe derrière le «rideau» avant de rentrer en scène.
ET ACTION !

Résultat des courses : Je déborde sur ma partie (le fonctionnement réel du concept, le plus important hein ?) c’est fâcheux, mais on évite de parler de la partie finances vu les gros chiffres qu’on avait c’est pas plus mal, on économise des baiegaiments et des sueurs froides.
Place aux questions du jury, pas de colle, personne n’a séché, on répond correctement a chaque question.

Ça y est on est bon ? C’est fini !

On peut souffler, s’installer et ENFIN s’intéresser au travail des autres, c’est vrai qu’ils étaient complètement invisibles durant ces 2 jours. Et ils ont tous bien bossé c’est super !

Félicitations au groupe de jeunes de 14-16 ans pour leur présentation, c’était un vrai show ! Ils ont été pro sans même s’embeter avec du formalisme. Génial.

Looongues délibérations du jury et remise des prix,
rien pour nous a part cette superbe expérience, un projet à rajouter a ma liste, un pass d’un mois offert pour l’antiCafé Doxa (Espace de co-working) et des rencontres potentiellement enrichissantes, rien de tel qu’un micro pour se faire repérer n’est-ce pas ? On verra ce que ça donne…

Merci à tous, à ma team et l’équipe de K-réactifs pour l’organisation !

Peut etre à l’an prochain, si Jaune veut. Ce ne sont pas les idées qui manquent

 

  • Stellar work there evrneoey. I’ll keep on reading.